CLAIR PARIS a été créé en octobre 1990 pour représenter les collectivités locales japonaises en France.

A+ A A-

Tôkyô (capitale)


Le service des eaux de Tôkyô

Carte

Domaine(s) concerné(s)

Contact

Réseaux d'eau potable / Travaux publics

Tôkyô, Suidô-kyoku, Soumu-bu, Chôsa-ka
(Secteur de la recherche,
 Section des affaires générales,
 Services des eaux,Tôkyô)

icon-internetSite Internet (anglais)

 

Présentation

Le service des eaux de la ville de Tôkyô est une entreprise régionale publique qui approvisionne une population de 13 millions d'habitants. Elle dispose d'un réseau de canalisation d'une longueur totale de 26 000 km, ce qui correspond à la moitié de la circonférence de la Terre. La prévention des pertes d'eau est un enjeu crucial
d'une part pour améliorer le rendement, d'autre part pour minimiser l'impact environnemental. Les efforts sont conduits selon trois axes :
  - 1. Renouvellement systématique des canalisations devenues vétustes et amélioration de la qualité des matériaux utilisés,
  - 2. Optimisation de la détection des pertes d'eau et rapidité des interventions pour réparation,
  - 3.  Haute maîtrise technologique en matière de prévention des pertes d'eau.

1. Concernant les canalisations : les canalisations vétustes ont été à 99 % remplacées par des canalisations en fonte ductile, de haute résistance.
Les canalisations en plomb, de faible résistance, ont été à 100 % remplacées par des canalisations en acier inoxydable.

2. Concernant la détection des pertes d'eau : des équipes opèrent 24 heures sur 24. Elles font des inspections en utilisant des tiges d'écoute et des détecteurs
électroniques ; elles effectuent des mesures de nuit, durant une tranche horaire où l'eau n'est pas consommée ; elles interviennent en urgence pour des réparations.

3. Concernant la maîtrise des technologies de prévention de pertes d'eau : un centre de formation du personnel et de développement de nouvelles technologies a
été mis en place dans le but de favoriser le transfert des savoir-faire et le perfectionnement des compétences.
Ces actions et ces dispositifs ont permis une notable réduction réduction du taux des pertes d'eau de la capitale. De 9,6 % en 1995, il est passé 3 % en 2010.
Ce taux est très faible si on le rapproche de celui d'autres villes du monde, de taille comparable.