CLAIR PARIS a été créé en octobre 1990 pour représenter les collectivités locales japonaises en France.

A+ A A-

Département de Saga


Une première nationale ! Empêcher la déliquescence de l'accès aux soins en œuvrant à une meilleure visibilité des interventions de secours d'urgence.

Carte

Domaine(s) concerné(s)

Contact

Santé, bien-être social, 
 dénatalité

Saga-ken, Kenkofukushi-honbu, Imu-ka
(Section des soins médicaux,
 Division de la santé et du bien-être
 sociale du département de Saga)

icon-internetSite Internet (anglais)

 

Présentation

Renseignements sur les organismes de soins du département de Saga – Système d'information relatif aux services de secours d'urgence.
 (Dénomination : «  99 Saga Net »)

Pour voir le vidéo de "99 Saga Net" sur YouTube, cliquez ici !


Utilisation de tablettes informatiques

Au fil des années, la durée qui s'écoule entre un appel au numéro d'urgence 119 [équivalent au Japon du numéro du SAMU ou des pompiers] et le transport vers les hôpitaux s'allonge. Cet état de fait est dû en partie à « une insuffisance des effectifs de médecins urgentistes » ainsi qu'aux « appels abusifs » pour des cas ne requérant pas de soins immédiats. Le manque de coordination entre les établissements de soins et les brigades de secours d'urgence s'avère également problématique.
Afin de remédier à cette situation, le département de Saga a mis en place à partir d'avril 2011 un dispositif visant à renforcer la coordination entre les différents intervenants : des connexions Internet ont été installées dans les locaux des brigades de secours urgence, et tous les véhicules de secours du département ont été équipés de tablettes informatiques. Les brigades de secours d'urgence et les établissements de soins sont ainsi en mesure de partager en temps réel toutes les informations utiles sur les interventions à opérer ou en cours.

 

Des interventions plus rapides et une meilleure orientation des patients.

Le dispositif mis en place permet non seulement de collecter des informations sur la nature des interventions à opérer, mais également de renseigner sur les brigades disponibles, sur les établissements de soins en situation de surcharge et ceux qui sont en mesure d'accueillir des patients en urgence.
Toutes les données recueillies sur les lieux d'intervention, sur les hôpitaux vers lesquels les patients ont été dirigés et les soins qu'ils y ont reçus sont conservées, puis nourrissent ultérieurement une réflexion commune entre les établissements de soins et les brigades de secours d'urgence afin de parfaire le système de secours existant.

 

Des résultats positifs

Le système mis en place a rendu possible un décloisonnement des informations entre les établissements de soins et les brigades de secours d'urgence qui dépendent au Japon de ministères différents, à savoir le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales pour les premiers, et du ministère des Affaires intérieures et des Communications (Agence nationale de gestion des incendies et des catastrophes naturelles) pour les seconds.
Ce système a également permis une meilleure répartition de la charge de travail entre les différents établissements de soins.
Par ailleurs, l'adoption d'un système de stockage des données en cloud a permis non seulement un considérable enrichissement des informations, mais aussi la réalisation d'une économie annuelle de 40 millions de yens (env. 400 000 €).