CLAIR PARIS a été créé en octobre 1990 pour représenter les collectivités locales japonaises en France.

A+ A A-

Département de Kôchi


Kôchi, Leçons tirées de la pluie diluvienne sur la ville de Kôchi en 1998 pour prévenir les risques d'inondation

Carte

Domaine(s) concerné(s)

Contact

Aménagement des eaux /
 Prévention des sinistres

Kôchi-ken, Doboku-bu, Kasen-ka
(Sous-direction de la gestion des
 cours d'eau, Direction des travaux 
 publics du département de Kôchi)

icon-internetSite Internet (anglais)

 

 

Présentation

Située sur la côte Pacifique de l'île de Shikoku, la ville de Kôchi est exposée aux typhons, et la quantité de précipitation annuelle qu'elle reçoit dépasse les 2 500 mm (5 fois plus que Marseille). De nombreuses zones de la ville étant situées au niveau de la mer, les aménagements des cours d'eau posent beaucoup de difficultés. En 1998, la ville de Kôchi a été victime d'une pluie diluvienne d'une violence jamais vue dans les annales de la météorologie. Les rivières sont sorties de leur lit, dévastant cultures et habitations, et faisant de nombreuses victimes.

A la suite de cette catastrophe, le département a pris diverses mesures :

1. Aménagement des cours d'eau : pour prévenir les risques liés aux inondations survenant en moyenne une fois tous les 50 ans, les digues ont été élargies et renforcées sur plus de 16,7 km ; les ponts et les barrages ont été reconstruits selon de nouvelles normes.

2. Aménagement de l'habitat : des systèmes d'évacuation des eaux de pluie plus efficaces ainsi que des pompes ont été installés.

3. Prévention et gestion des risques : des caméras à fibres optiques ont été mises en place pour surveiller le niveau des eaux, une structure départementale dédiée à la gestion des cours d'eau a été créée,  les informations des offices de pluviométrie sont désormais centralisées.

Partant du constat que les infrastructures matérielles ne permettaient à elles seules une parfaite maîtrise des risques d'inondation, le département organise des débats
réunissant habitants, entrepreneurs et spécialistes afin d'encourager une réflexion commune sur la gestion des catastrophes naturelles.

Pour en savoir plus, veuillez consulter le rapport qui a été presenté au CNFPT Montpellier en 2012 : PDF