CLAIR PARIS a été créé en octobre 1990 pour représenter les collectivités locales japonaises en France.

A+ A A-

Nagasaki célèbre l’inscription de ses « sites chrétiens cachés* » au patrimoine mondial

Les « sites chrétiens cachés de la région de Nagasaki » ont fait l’objet d’une inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité en octobre 2018. Cette prestigieuse distinction a offert à la ville et au département de Nagasaki une belle opportunité de faire rayonner ses attraits dans le monde. Le 20 janvier dernier, en présence de Junichi Ihara, ambassadeur du Japon en France depuis décembre 2019, et Takio Yamada, ambassadeur extraordinaire, délégué permanent du Japon auprès de l’UNESCO, une grande réception était organisée à Paris avec pour objectif la mise en avant de l’ensemble des ressources touristiques du département : ses productions phares, sa culture culinaire, la multiplicité des facettes de son patrimoine historique. Hōdō Nakamura, gouverneur de Nagasaki, Mitsuyuki Segawa, président du conseil départemental de Nagasaki, Masahiro Satō, président du conseil municipal de Nagasaki, Shigetaka Takamiya, adjoint au maire de Nagasaki ont tout spécialement fait le déplacement en France pour l’occasion. La réception a réuni près de 150 personnes : des hauts fonctionnaires de l’UNESCO parmi lesquels les ambassadeurs délégués de divers pays membres, des séminaristes des Missions étrangères de Paris, des représentants du village de Vaux-sur-Aure jumelé à Nagasaki, ainsi que des dirigeants d’agence de voyage et des journalistes.

Les invités ont d’abord assisté à une série d’exposés : un aperçu des ressources touristiques du département avec de superbes visuels permettant d’apprécier la beauté du cadre naturel, notamment des paysages maritimes émaillés d’îlots ; un historique des relations avec les pays étrangers, à commencer par la France ; une présentation des « sites chrétiens cachés de la région de Nagasaki » inscrits sur la liste du patrimoine mondial ; un compte-rendu de la visite effectuée par le pape François au parc de la paix de Nagasaki en novembre 2019.
Un temps fort durant ces exposés : le moment où Hōdō Nakamura, gouverneur de Nagasaki, a fait don à la fondation Notre-Dame de Paris de fonds destinés au financement des travaux de réfection de la cathédrale. Ces fonds avaient été collectés par l’ « association citoyenne du département de Nagasaki pour la préservation du patrimoine mondial » en témoignage de solidarité suite au tragique incendie d’avril 2019.

La réception s’est poursuivie par un rituel de kagami-biraki, ouverture d’un tonneau de saké (voir photo et légende). Les invités ont ensuite pu découvrir des spécialités locales présentées sur divers stands. Entre autres, le champon [prononcé tchan’pon] (soupe de nouilles agrémentées de viande de porc, de fruits de mer et de légumes), les udon de Gotō (nouilles épaisses confectionnées dans les îles Gotō), et le castella (un gâteau de texture « génoise » introduit au Japon par les missionnaires portugais au 16e, puis adapté au goût japonais). Des sakés et du thé produits à Nagasaki ont également été servis. CLAIR Paris a d’ailleurs prêté main-forte à la délégation de promotion de Nagasaki en se chargeant du service du thé. Dans la salle de réception, des panneaux retraçaient l’histoire des missionnaires français venus évangéliser Nagasaki aux 17e et 19e siècles. Les invités n’ont pas manqué d’en prendre connaissance. Ils ont aussi pris plaisir à admirer des porcelaines de Hasami et de Mikawachi, exposées pour illustrer la virtuosité de l’artisanat local.

Après son séjour à Paris, le gouverneur de Nagasaki s’est rendu au Vatican. Le 22 janvier, il s’est présenté à l’audience générale du pape François et lui a exprimé la gratitude du département pour la visite dont il avait honoré Nagasaki deux mois plus tôt.

* Les sites « chrétiens cachés » sont liés aux persécutions dont furent victimes les Japonais convertis au christianisme durant l’époque d’Edo. Officiellement interdite, la foi chrétienne fut pratiquée et transmise en secret durant près de 250 ans.
Lire notre article à ce sujet en page 5 d’é-CLAIR n° 88 de mars 2015 =
https://www.clairparis.org/images/pdf/publications_fr/88.pdf#page=5

 

001

Un tonneau de saké du département de Nagasaki a été utilisé pour un rituel de kagami-biraki.
Kagami-biraki se traduit littéralement par « ouverture du miroir ». Il s’agit d’un rituel shintō pratiqué en début d’année : un tonneau de saké est présenté en offrande à une divinité. Quelque temps après, son couvercle est brisé à l’aide de maillets et le saké est servi.

002

Les invités étaient nombreux et la salle de réception très animée.

003

Clair Paris a fait la promotion du thé de Nagasaki.

004

Dégustation de la spécialité de Nagasaki, champon/chan’pon, soupe de nouilles.

Tagged under: Tourisme et promotion